Nicolas Sauret utilise mastodon.huma-num.fr. Vous pouvez læ suivre et interagir si vous possédez un compte quelque part dans le "fediverse".

Nicolas Sauret @Laconis@mastodon.huma-num.fr

Nicolas Sauret partagé

@monterosato Question de la responsabilité légale de l'algorithme.
O. Ertzcheid : L'algo commence à être invoqué comme élément de preuve. Quid pour les voitures autonomes : empilement des algos ?

On peut "jouer" avec les algo classiques d'éditorialisation (pratiques de SEO). Face au deeplearning, on ne peut que *en jouer*, c'est-à-dire une pratique à l'aveugle, et probablement invisible.

Le deep learning finalement marque le moment où les plateformes ont perdu le contrôle de leur éditorialisation.

O. Ertzcheid rappelle qu'en amont de l'algo et de la plateforme, il y a les valeurs qui y seront implémentées.

quelle maitrise de la déprise lorsque la plateformes elle-même a perdu le contrôle de la déprise qu'elle organise.

@monterosato : l'algorithme devient une entité à part entière à partir du moment où il n'est plus maitrisable.

«La ligne rouge du déterminisme technologique (et non "bulle de filtre") de l'algorithme : définit des espaces sociaux éditorialisés qui produisent des réalités
»
mastodon.huma-num.fr/media/qWj

Sur la magie et la perte de contrôle de l'algo de machine learning, on en avait déjà discuté avec Bruno Bachimont : seminaire.sens-public.org/spip

«...but:
« No one really knows how the most advanced algorithms do what they do. That could be a problem. » technologyreview.com/s/604087/
»

«Problématique du passage à l'échelle.
Pour Wikipédia, le passage à l'échelle est vertueux.
Pour Google, le biais de popularité se perpétue.
Pour Facebook, le régime de l'engagement ne fonctionne plus avec le passage à l'échelle : cercle vicieux.
Solution proposée par les plateformes : intelligence artificielle et deep learning pour traiter un pb algorithmique. Basculement dans le registre de la magie. »

«Le régime de vérité de Google (popularité) produit des stéréotypies.»

«La triangulation de l'éditorialisation nous ramène à "l’œil de la providence" : architecture panoptique de surveillance et sousveillance.
»

«Diff. régimes de vérité selon les plateformes :
* Google : régime de la popularité
* Wikipédia : régime de vérifiabilité
* Facebook : régime de l'engagement

»

La triangulation de l'éditorialisation des plateformes par O. Ertzcheid
mastodon.huma-num.fr/media/B73

«3 axes : communauté, média, technologie = 3 lignes de front éditorial»

«Pourtant les plateformes nient cette éditorialisation, et s'abritent derrière le calcul, et leur statut d'hébergeur. Jusqu'au 16fév 2017 où Zuckerberg annonce la Global Community révèle l'agenda politique de facebook. Avec une réflexion éditoriale, et une éditorialisation explicite pour répondre aux fake-news.»

O. Ertzcheid : dispositifs calculatoires et éditoriaux qui nous amènent sur des choses fausses.
Un algorithme ne peut pas ne pas éditorialiser. Je suis un algo donc j'éditorialise (et donc je produis du réel).

O. Ertzcheid :
la sérendipité comme anti-éditorialisation : la sérendipité est à l'éditorialisation ce que l'anti-matière est à la matière.

Complexité de l'analyse des algorithmes, mais pas impossible : voir le projet algotransparency.org/index.htm